BCE rapport annuel pour 2008

 

Frank Engel (PPE ). Monsieur le Président, l’année 2009 fut sans doute la plus difficile pour l’euro depuis son introduction, mais la plus utile aussi. Sans l’euro, l’Union européenne aurait sombré dans une guerre des dévaluations concurrentielles sur fond de crise. L’instabilité monétaire aurait pu ébranler, en 2009, la solidité politique de l’Union.
 
Grâce à l’euro, les affres d’une distorsion continue des taux de change et des politiques monétaires nous ont été épargnées. Mais pour combien de temps encore? Nous appelons aujourd’hui de nos vœux une meilleure gouvernance de la monnaie européenne, plus contraignante, plus visible, plus sensible.
 
Or, les tentatives de réappropriation nationale des règles du jeu de l’euro ne contribuent en rien à l’émergence d’une véritable gouvernance économique et monétaire de l’Europe. Il n’y a que la solidarité qui puisse endiguer les mouvements spéculatifs dont est aujourd’hui victime la Grèce, et qui peuvent se diriger contre d’autres pays de la zone euro d’un moment à l’autre.
 
Solidarité rime avec solidité dans le contexte psychologiquement excité des marchés de la dette souveraine. Les tergiversations politiques des dernières semaines n’ont pas seulement fait mal à la Grèce. Elles ont frappé gravement la confiance dans l’euro. La non-assistance à pays en danger mine la stabilité monétaire de l’ensemble de l’eurozone.
 
Au-delà des urgences, donnons enfin à l’euro les instruments dont il a besoin. Il faut un marché obligataire européen coordonné pour éviter les goulets d’étranglement de la venue à maturité de trop de dettes souveraines de trop de pays au même moment. Il faut une représentation extérieure de la zone euro à tous les niveaux, dans toutes les enceintes, y compris les institutions financières internationales. Et pourquoi le président de l’Eurogroupe ne ferait-il pas partie du G20?
 
Acceptons aussi que les nouveaux membres souhaitent rejoindre l’eurozone au plus vite. Il faut les accueillir avec enthousiasme et non avec mesquinerie. Concevoir l’exclusion de membres de la zone euro revient à abandonner l’ambition d’une Europe forte dans le monde. L’extension de l’eurozone doit aller de pair avec la mise en place des instruments nécessaires à l’union économique véritable: coordination des politiques budgétaires, harmonisation des politiques économiques et fiscales. Le succès continu de l’euro est à ce prix.
 

- Jeudi, 25 mars 2010


Frank Engel

Député européen

Né le 10 mai 1975, Luxembourg

Groupe du Parti Populaire Européen
(Démocrates-Chrétiens)
Membre du bureau

Luxembourg
Parti chrétien social
luxembourgeois

Biographie

Suivez Frank Engel :

  • YouTube
  • Facebook